Accident du Mont Garbi de 1982

Début février 1982, une section de parachutistes de la Légion étrangère doit effectuer un saut d’entrainement routinier dans la République de Djibouti, un petit pays dans la Corne de l’Afrique. Les légionnaires embarquent et décolle…

La tragédie au Mont Garbi - 1982 - Légion étrangère - 2eme REP - 2e REP - Djibouti

 

Introduction

Djibouti était une colonie française depuis 1896, initialement connue sous le nom de Côte française des Somalis, et depuis 1967, comme Territoire français des Afars et des Issas. Le territoire était alors officiellement contrôlé par la France, jusqu’en 1977, année où Djibouti obtint son indépendance. Néanmoins, les Français préservaient des attaches avec le pays depuis lors, ainsi que leur présence militaire permanente (même en 2021) dans cette région importante stratégiquement qui est considerée la porte vers la Mer Rouge.

C’est pourquoi la Légion était déjà bien implantée à Djibouti au début des années 1980, représentée ici par la 13e Demi-brigade de Légion étrangère (13e DBLE). Depuis fin 1974, le 2e Régiment étranger de parachutistes (2e REP) de Calvi (Corse) avait également régulièrement déployé l’une de ses cinq compagnies de combat dans la Corne de l’Afrique pour renforcer la 13e DBLE, dans le cadre de la mission de courte durée (MCD). Ce séjour, bien accueilli par chaque légionnaire, durait à l’époque entre cinq et six mois en moyenne (quatre mois les années suivantes).

Les parachutistes de la Légion aidaient leurs camarades de la demi-brigade à maintenir l’ordre dans la région ou à garder le dépôt de munitions de l’Armée française, et s’entraînaient au combat en milieu désertique. Les légionnaires patrouillaient aussi le long de la frontière pour arrêter ou neutraliser les rebelles venant de Somalie ou d’Ethiopie. Début février 1976, ils intervinrent lors de la Prise d’otages de Loyada pour sauver des enfants français kidnappés par des militants locaux.

Lorsqu’elles se trouvait à Djibouti, chaque compagnie du 2e REP était rattachée administrativement à la 13e DBLE et devenait temporairement sa « compagnie tournante », qui était alors implantée au poste militaire d’Arta.

De ce fait, fin janvier 1982, le capitaine Darras et sa 4e Compagnie du 2e Régiment étranger de parachutistes quittèrent la Corse pour remplacer à Djibouti leurs collègues de la 1re Compagnie du 2e REP. Ils arrivèrent dans le pays africain le 25 janvier.

 
Afrique - Djibouti - Carte

2e REP - 2 REP - Legion Etrangere - Djibouti - 1981
Des légionnaires du 2e REP à Djibouti, 1981.

 

La mission de routine

Le 3 février 1982, un exercice militaire habituel est prévu à Djibouti, avec la participation de la 4e compagnie du 2e REP. Le matin, le sergent-chef Storai et sa 2e Section sont alignés à la base du Détachement Aérien 188 dans la ville de Djibouti (la capitale). C’est alors seulement leur dixième jour en Afrique. Ensemble, avec des hommes du Commando Joubert de la Marine nationale, ils sont chargés d’effectuer un saut d’entraînement au-dessus de la zone de largage G (Gayo Yare), située au nord-ouest de la capitale, à travers le golfe de Tadjourah.

Deux avions français Nord 2501 Noratlas de l’ETOM 88 (Escadron de transport d’outre-mer) sont présents à la base à 7 h du matin. Le premier, numéroté 140 et commandé par le commandant Dalmasso, est occupé par la 2e Section du SCH Storai, un vétéran de la mission de sauvetage à Loyada en 1976. Le deuxième avion, sous les ordres du commandant Lorenzi, est occupé par le Commando Jaubert. Le soleil se lève. Les deux appareils commencent à bouger et décollent.

Le premier Noratlas se dirige vers Tadjoura (aussi Tadjourah), la plus vieille ville de Djibouti. En plus des cinq membres d’équipage et de la 2e Section (composée de 25 hommes et leur chef), figurent cinq autres personnes à bord, dont trois officiers. Deux d’entre eux sont des membres de la Légion : le capitaine Philipponnat, officier adjoint à la 4e Compagnie du 2e REP et son futur commandant, et le capitaine Chanson de la 13e DBLE, un ancien commandant de la 2e Compagnie du 2e REP. Ce dernier est accompagné par le capitaine Droulle, l’officier TAP de l’État-major des Forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj).

L’un des autres hommes à bord est le caporal Lauriol, de la 13e DBLE. Avec le capitaine Chanson, il vient d’être transféré du 2e REP à Djibouti il y a peu. Ce matin-là, il est chargé de récupérer tous les parachutes après le saut.

Enfin, le maître Gloanec, un moniteur issu du Commando Jaubert qui a pour mission d’assurer le largage, complète le nombre des participants. Au total, 36 hommes sont à bord.

 

Nord 2501 Noratlas - Armee de l'Air - 1969
Un Nord 2501 Noratlas de l’Armée de l’Air. Source: Wikipedia.org

 

La tragédie

Le temps est mauvais et le Noratlas 140, avec ses 36 hommes à bord, disparait hors de la vue du second engin aussitôt après son décollage. Ce dernier tente d’entrer en contact avec le dirigeant à plusieurs reprises, sans succès. Plus tard, ils contactent la zone de saut de Gayo Yare, mais personne n’a de nouvelles du Noratlas 140. Après avoir entendu les messages, l’avion poursuit sa mission et le Commando Jaubert saute au-dessus de la zone de saut désignée. À 9 h, le second Noratlas atterrit à la base aérienne de Djibouti.

Au même moment, le troisième Nord 2501 Noratlas attend sur la piste. Ce dernier devrait utilisé comme avion d’observation en cas d’intervention d’urgence suite à la disparition du premier Noratlas. L’avion effectue ses recherches toute la journée. Cependant, ce n’est que le lendemain matin que la triste nouvelle tombe : le Noratlas 140 disparu a été retrouvé.

Pour être plus précis, ses restes partiellement brulés sont retrouvés. Ils ont été découverts au pied du Mont Garbi, une montagne dans la partie ouest de la région Tadjourah de Djibouti, située à environ 100 km à l’ouest de la ville de Djibouti. Cette montagne, d’une altitude de 1 680 m, est le troisième point le plus haut de Djibouti.

D’après un rapport officiel, le 3 février à 7 h 39, à cause du mauvais temps et d’un réglage barométrique incorrect de l’altimètre de l’engin, le Noratlas 140 s’écrase sur le Mont Garbi et explose. Les 36 hommes à son bord périssent, aucun d’eux ne survit.

Pour la Légion étrangère, l’accident du Mont Garbi de 1982 demeure le jour le plus tragique depuis la fin de la Bataille de Dien Bien Phu (1954) durant la guerre d’Indochine.

Par une curieuse ironie du sort, six ans plus tôt, un autre accident aérien tragique ayant tué des légionnaires avait eu lieu à Djibouti : le crash d’un hélicoptère à Djibouti, en 1976. Cependant, cet accident fut ensuite oublié…

 
2e REP - 2 REP - Djibouti - Mont Garbi - Accident - 1982 - carte

2e REP - 2 REP - Legion Etrangere - Djibouti - Mont Garbi - Noratlas 140 - 1982
Le Noratlas 140 écrasé sur le Mont Garbi, en février 1982. Une image très rare montre des légionnaires du 2e REP (3e Section de la 4e Cie) sur le site de l’accident. Les images avaient été publiées en 2004, sur un site web déjà supprimé.

 

Rendre hommage

Le 12 février 1982, une cérémonie commémorative est organisée pour rendre hommage aux légionnaires tués du 2e REP. Elle se tient au Camp Raffalli, la base militaire du régiment située près de Calvi, en Corse. En plus des autorités locales et des civils, deux personnes importantes assistent aussi à la cérémonie : le ministre de la Défense, Charles Hernu, ainsi que le général Jeannou Lacaze, alors chef d’État-Major des armées, militaire le plus gradé de l’Armée française. Le général Lacaze est un ancien commandant du 2e REP. Il a conduit le régiment lors de l’intervention au Tchad, en 1969-1970. Après la cérémonie, les légionnaires sont enterrés au cimetière militaire de Calvi.

À Djibouti, le 3 juin 1982, un monument est érigé sur le site de la tragédie afin de commémorer les victimes de ce triste accident. Le monument est construit par la 2e Compagnie de travaux de la 13e DBLE, avec l’aide des commandos marine.

 

2e REP - 2 REP - Legion Etrangere - Mont Garbi - Accident - Calvi - Rendre hommage - 1982
Camp Raffalli, 12 février 1982. La cérémonie d’hommage aux légionnaires tués au Mont Garbi s’est déroulée à la base militaire du 2e REP à Calvi, en Corse.

2e REP - 2 REP - Mont Garbi - Accident - Calvi - Lacaze - Hernu - Guignon - 1982
Jeannou Lacaze, chef d’État-Major des armées, Charles Hernu, ministre de la Défense, et Colonel Michel Guignon, chef du corps, lors de la cérémonie au Camp Raffalli, le 12 février 1982.
2e REP - 2 REP - Legion Etrangere - Mont Garbi - Accident - Calvi - Rendre hommage - 1982
Le dernier adieu au cimetière de Calvi.
2e REP - 2 REP - Legion Etrangere - Mont Garbi - Accident - Djibouti - Monument - 1982
Monument du Mont Garbi, juin 1982. Au sommet du Mont Garbi, le monument pour commémorer l’accident tragique a été inauguré le 3 juin 1982. Sur le socle, les lettres 2CT 13DBLE signifient la 2e Compagnie de travaux de la demi-brigade qui a construit le monument.
2e REP - 2 REP - Legion Etrangere - Mont Garbi - Accident - Djibouti - monument - Saint Michel - 1982
La Saint Michel au Mont Garbi, le 29 septembre 1982. Des légionnaires de la CEA (Cie d’éclairage et d’appui) du 2e REP rendent les honneurs à leurs camarades le jour de la Saint Michel, patron de tous les parachutistes français. La CEA a remplacé la 4e compagnie à Djibouti au début du mois d’août.

 

L’accident : les victimes

Victimes : 2e REP

  • Capitaine PHILIPPONNAT Eric – officier adjoint à la 4e compagnie
  • Sergent-chef STORAI Georges – chef de la 2e Section, ancien de Layada de 1976
  • Sergent DORE Patrick – chef de group, 7 ans de service
  • Sergent POMIER Dominique – chef de group, benjamin des sous-officiers
  • Sergent WOUTIER André – chef de group, decoré à Kolwezi en 1978
  • Caporal BURGRAFF Adolph (venant d’Allemagne de l’Ouest)
  • Caporal OEHLMANN Gustav (Allemagne de l’Ouest)
  • Caporal OLETTA Albin (France)
  • Caporal PELTON Eddy (France)
  • Caporal SIMONET Francois (France)
  • 1ère classe BEAUTEMPS Marc (France)
  • 1ère classe BETON Norbert (France)
  • 1ère classe KERTY Gallien (France)
  • 1ère classe ZASSER Raymond (Algérie)
  • Légionnaire BUZUT Muslum (Turquie)
  • Légionnaire DEPIERRE Paul (France)
  • Légionnaire DEVAUX Robert (France)
  • Légionnaire FALAUT Marc (France)
  • Légionnaire GALVES Francisco (Portugal)
  • Légionnaire GORDON Luis (France)
  • Légionnaire GUNES Yasar (Turquie)
  • Légionnaire LEON Lawrence (États-Unis)
  • Légionnaire LIMA DA SILVA (Portugal)
  • Légionnaire LUANG Eric (Madagascar)
  • Légionnaire SENDERS Jean (Belgique)
  • Légionnaire THIU-SAM Jerome (Madagascar)
  • Légionnaire VELMAR Maurice (France)

 

Victimes : 13e DBLE

  • Capitaine CHANSON Jacques
  • Caporal LAURIOL Guy (France)

 

Victimes : EM FFDj

  • Capitaine DROULLE Robert

 

Victimes : Commando Jaubert

  • Maître GLOANEC Jacky (Jean-Paul) – moniteur-largeur

 

Victimes : Armée de l’Air

  • Commandant DALMASSO Henri – pilote & commandant de l’avion
  • Capitaine COUILLAUT Jean – co-pilote
  • Capitaine TADDEI Fabien – navigateur
  • Adjudant-chef DAENINCKX Gérard – mécanicien
  • Capitaine DEMANGE Jean – observateur

 

2e REP - 2 REP - Legion Etrangere - Mont Garbi - Accident - 4eme Compagnie - 2eme Section - Tableau - 1982
Le tableau avec les hommes de la 4e compagnie du 2e REP qui ont perdu leur vie dans le crash au Mont Garbi le 3 février 1982.
2e REP - 2 REP - Legion Etrangere - Mont Garbi - Accident - Calvi - Plaque - 2011
La plaque commémorative au Camp Raffalli pour commémorer les hommes tués au Mont Garbi. La plaque a été inaugurée fin 2011.

 

Images supplémentaires

Quelques images supplémentaires liées à l’accident du Mont Garbi du 3 février 1982.

 

2e REP - 2 REP - Legion Etrangere - 4e Compagnie - Corse - 1981
Tireurs d’élite de la 2e section de la 4e compagnie du 2e REP lors de leur entraînement en Corse fin 1981. Quelques semaines plus tard, ses hommes seront tués à Djibouti lors du crash de l’avion.

2e REP - 2 REP - Legion Etrangere - tireur d'élite - 4e Compagnie - Djibouti - 1982
Tireur d’élite de la 4e compagnie du 2e REP à Djibouti, mars 1982.
2e REP - 2 REP - Legion Etrangere - Djibouti - 1982
Légionnaires de la 4e compagnie du 2e REP s’entraînant aux explosifs à Djibouti. Après la tragédie de février, la compagnie a dû continuer à accomplir ses tâches. Plusieurs stages militaires ont été organisés, dont un stage pour les tireur d’élite et un stage médical, auxquel ont participé 32 légionnaires de la compagnie. Deux exercices militaires ont eu lieu aux côtés de la 13e DBLE. La 4e compagnie a quitté Djibouti le 2 août 1982, après plus de six mois passés sur le continent africain.
Legion Etrangere - Mont Garbi - Djibouti - 2015
Mont Garbi, fin janvier 2015. Un petit détachement de la 13e DBLE, sous les ordres du lieutenant-colonel De La Presle et composé d’anciens membres du 2e REP, est arrivé pour commémorer la tragédie. A l’époque, la 13e DBLE avait déjà servi aux Émirats (EAU, depuis 2011). Ce fut l’une des dernières cérémonies officielles de la Légion au Mont Garbi. Avec le béret se trouve Ali Liaquat, un ancien du 2e REP ayant servi 15 ans dans la Légion. Depuis 2011, il a maintenu la tradition de la commémoration annuelle de l’accident.
Legion Etrangere - Mont Garbi - Djibouti - 2019 - Ali Liaquat
Mont Garbi, fin janvier 2019. Ali Liaquat avec ses amis au pied du Mont Garbi (en arrière-plan) lors de leur Ascension annuelle du Mont Garbi pour commémorer la tragédie. Après le départ de la Légion de Djibouti, ils demeurent les seuls à être régulièrement présents chaque année.
2e REP - 2 REP - Legion Etrangere - Mont Garbi - Djibouti - 2010 - Adjudant-chef Fayolle
Adjudant-chef Fayolle. ACH Fayolle (er) est venu au somment du Mont Garbi en 2010, pour la première fois depuis 28 ans. Au début de février 1982, il a laissé au dernier moment sa place de largeur dans l’avion du 2e REP au maître Gloanec du Commando Jaubert, puisque l’adjudant-chef avait été rattaché au CECAP (Centre d’entraînement commando d’Arta Plage). L’ACH Fayolle a fait partie des premiers à arriver sur le lieu de la tragédie et y découvrir les dépouilles de ses camarades.
2e REP - 2 REP - Legion Etrangere - 4e Compagnie - Djibouti - 1982
En souvenir de la 2ème Section de la 4ème Compagnie du 2e REP.

 
 

———
 

Principales sources d’informations:
Képi blanc revues
UNP – Union Nationale des Parachutistes section 010 AIN
Wikipedia.org

 

 

L’article original : Mont Garbi Accident 1982

 

 

Legion Etrangere Info boutique - bannière

Les dessins originaux inspirés par la Légion.
Découvrez-les dans notre boutique.

 

 

Les autres articles en français:
Général Paul-Frédéric Rollet
Historique du 1er Régiment Etranger
Guerre franco-prussienne de 1870
Deuxième Légion Etrangère – Légion Suisse
Compagnies Montées de la Légion étrangère
Légion étrangère en Orient : 1915-1919
La Légion à Madagascar en 1947-1951
La Tragédie de Forthassa de 1908
Combat d’Alouana du 15 mai 1911
Crash d’hélicoptère à Djibouti en mai 1976
Prise d’otages de Loyada en 1976
Compagnie Parachutiste du 3e REI
Compagnie de Discipline des Régiments Etrangers en Extrême-Orient
3e BMLE: 3e Bataillon de Marche de la Légion Etrangère
Pelotons de Réparation de Légion Etrangère
Dépôt Commun des Régiments Etrangers
2e Régiment Étranger de Cavalerie
3e Régiment Étranger de Parachutistes
4e Régiment Etranger d’Infanterie
6e Régiment Étranger d’Infanterie
11e Régiment Étranger d’Infanterie
12e Régiment Étranger d’Infanterie

 

 

La page a été mise à jour le : 2 février 2021

 

↑ Haut de la page