Crash d’hélicoptère à Djibouti en mai 1976

Fin mai 1976, lors d’un exercice militaire dans la Corne de l’Afrique, un hélicoptère transportant des hommes de la Légion étrangère s’écrase au sol. Six légionnaires sont morts immédiatement, tandis que deux autres décèdent quelques jours plus tard. Dans la même tragédie, quelques légionnaires sont grièvement blessés. À l’époque, il s’agissait de l’accident le plus meurtrier pour la Légion depuis la fin de la guerre d’Algérie en 1962. Bien que presque oublié en France de nos jours, ce triste événement, ainsi que les victimes qu’il a causées, mériteraient d’être remémorés.

Djibouti - Legion - GOLE - Hélicoptère - Crash - 1976

 

Introduction

L’année 1976 commence bien pour la Légion étrangère. Au début du mois de février, les légionnaires prennent part à la mission de sauvetage des otages à Loyada, qui est couronnée de succès et fait l’objet d’une large couverture médiatique. Il s’agissait d’une mission de sauvetage de 31 enfants français enlevés par des militants somaliens à Djibouti, la capitale du Territoire français des Afars et des Issas (TFAI, anciennement Côte française des Somalis). Depuis 1977, le pays s’appelle Djibouti. Il est situé dans la Corne de l’Afrique et ses frontières sont l’Éthiopie, l’Érythrée et la Somalie.

Pour soutenir la mission de sauvetage à Djibouti, une unité d’intervention de la Légion est alertée : le Groupement opérationnel de la Légion étrangère (GOLE). Unité interarmes, le groupement est commandé par le chef de bataillon Michel Guignon. Créé en 1971, le GOLE s’implante à Bonifacio, en Corse. Depuis 1972, il est rattaché au nouveau 2e Régiment Etranger, également installé en Corse.

Le GOLE quitte la Corse le 5 février 1976. En fait, seuls le PC, la 6e compagnie et le 4e escadron du 1er REC sont déployés. Lorsque les unités arrivent dans le TFAI/Djibouti, la mission de Loyada est déjà terminée. Néanmoins, un nouvel ordre est donné : le GOLE doit rester dans le pays pendant les quatre mois suivants (une mission dite de courte durée, MCD), afin de renforcer la présence militaire française dans la région. Les légionnaires du GOLE (surnommés GOLEmen) participeront à des manœuvres militaires et effectueront des patrouilles frontalières aux côtés de leurs camarades de la 13e DBLE, une unité stationnée à Djibouti depuis 1962.

 
Afrique - Djibouti - TFAI - carte

GOLE - Groupement opérationnel de Légion étrangère - Djibouti - TFAI - 1976
Plaque au camp du GOLE au TFAI (Djibouti), 1976.
2e REI - 2 REI - GOLE - Groupement opérationnel de Légion étrangère - Grand Bara - Djibouti - TFAI - 1976
Le GOLE au Grand Bara, un désert au sud du Djibouti, 1976.

 

24 mai 1976 : Crash d’hélicoptère

Le 24 mai 1976, un exercice à tir réel, avec héliportage, devait être effectué dans le TFAI/Djibouti. Les légionnaires du GOLE devaient y participer. Ils sont transportés par hélicoptère d’Arta vers un champ de tir militaire à Holhol (parfois aussi orthographié Holl Holl), situé à environ 25 km au sud. Arta est une petite ville située dans le sud-est du pays, quelque 30 km à l’ouest de la capitale. Le PC et la 6e compagnie du GOLE y étaient stationnés à l’époque.

Le transport est effectué le matin par trois hélicoptères (SA 330B PUMA) du Détachement de l’aviation légère de l’armée de Terre (DETALAT) de Djibouti. La première rotation avait à son bord la section de mortiers (de la compagnie de commandement). Les Puma quittent Arta vers 7h15 et sont de retour environ une demi-heure plus tard, sans problème.

La seconde rotation transporte la 3e section de la 6e compagnie. Les trois Puma quittent Arta vers 7h45.

Après avoir parcouru un vol normal pour se rendre sur les lieux de l’exercice, les Puma doivent effectuer un vol tactique de plusieurs kilomètres le long du thalweg de Djadjaboka, un lit de rivière asséché qui ne contient de l’eau qu’en cas de fortes pluies. Douze minutes plus tard, à 7h57, alors qu’ils approchent de Holhol, à environ 2 km, un accident soudain se produit. Le deuxième Puma de la formation, avec à son bord trois membres d’équipage et douze légionnaires, s’écrase dans le thalweg et s’enflamme. L’enquête montrera que la portance de l’air n’était plus suffisante au fond du thalweg à cette heure matinale. Le rotor arrière du Puma avait frôlé une touffe de kékés (arbustes typiques du pays munis de longues épines) et, en conséquence, s’était brisé.

Le pilote et quelques légionnaires sont projetés en dehors de l’hélicoptère. Un légionnaire arrive à sauter de l’appareil avant le crash. Malgré ses blessures, il parvient à évacuer trois de ses camarades à moitié brûlés. Malheureusement, deux membres d’équipage et six légionnaires trouvent la mort dans l’incendie, dont le sergent-chef Smajil Zolic, adjoint au chef de section.

Parmi les survivants, quatre légionnaires sont gravement blessés. Ils seront secourus et transportés en France quelques heures plus tard, pour être hospitalisés à Paris.

Quelques jours après leur arrivée à l’hôpital militaire de Paris, deux des légionnaires gravement blessés succombent à leurs blessures. Les deux autres légionnaires réussissent à s’en sortir, et, après avoir récupéré, se retirent à Puyloubier, le domaine de la Légion étrangère pour les anciens légionnaires, valides ou invalides, situé près d’Aubagne au sud de la France. [1]

1. Témoignage du général Vittorio Tresti, commandant la 6e compagnie du GOLE à l'époque, donné fin mars 2019 et fourni à l'auteur de cet article par Roberto Castiglioni.

 
GOLE - Groupement opérationnel de la Légion étrangère - Djibouti - TFAI - 1976 - le crash - carte

GOLE - Groupement opérationnel de la Légion étrangère - Djibouti - TFAI - 1976 - exercice - hélicoptère - PUMA - 1976
Un Puma et les légionnaires du GOLE pendant un exercice au TFAI/Djibouti, 1976.

 

Crash d’hélicoptère : victimes

6 légionnaires tués :

  • Sergent-chef Smajil ZOLIC – adjoint au chef de section
  • Caporal-chef Julien COLETT
  • Légionnaire Alois BRUNNER
  • Légionnaire Joseph GALIESER
  • Légionnaire Pierre GAUMONT
  • Légionnaire René LARIER

 
4 légionnaires gravement blessés :

  • Légionnaire Ruddy BRUNNER (Allemand)
  • Légionnaire CHARBONNEL (Belge)
  • Légionnaire ROAGNA (Espagnol)
  • Légionnaire ZIEGLER (Autrichien)

Deux des légionnaires gravement blessés succombent à leurs blessures. Leur identité est toutefois inconnue.

 
2 membres d’équipage tués, du DETALAT :

  • Adjudant Jean-Louis DUBOST
  • Maréchal des logis-chef Christian BAIXAS

 

GOLE - Groupement opérationnel - Légion étrangère - 1976 - Smajil Zolic
Sergent-chef Smajil Zolic. Né en Yougoslavie, il fait partie de la Légion depuis 1964. Ancien membre du 2e REP, il a combattu au Tchad de 1969 à 1970. Champion du monde de pentathlon militaire et père de trois enfants, il est mort dans le crash du 24 mai 1976. Aujourd’hui, son nom figure sur le mur commémoratif au camp Raffalli du 2e REP.

GOLE - Groupement opérationnel - Légion étrangère - 1976 - Victimes - Legionnaires tues
Six légionnaires tués. De gauche à droite : Smajil Zolic (1), Julien Colett (2), Alois Brunner (3), Pierre Gaumont (4), René Larier (5) et Joseph Galieser (6), le plus jeune membre du GOLE à l’époque. Brunner, Larier and Galieser Ils viennent de finir leur instruction de base de quatre mois avant de rejoindre le GOLE et d’être déployés dans le TFAI/Djibouti… L’identité des deux légionnaires qui ont succombé à leurs blessures est inconnue.
GOLE - Groupement opérationnel - Légion étrangère - 1976 - Djibouti - cimetiere - morts - 1976
Le 26 May 1976, au cimetière de Djibouti, le commandant Guignon prononce l’éloge funèbre.

 

Conclusion

À l’époque, lors de cet accident, la Légion a subi ses pertes les plus importantes en un seul jour depuis la fin de la guerre d’Algérie (1962). Néanmoins, l’événement sera quasiment oublié au cours des décennies suivantes. Pourtant, encore en 2018, il n’y avait pas un seul texte français sur internet qui traitait de ce triste événement.

Il y a une éventuelle raison à cela. Six ans plus tard, un autre accident aérien tuant des légionnaires se produit à Djibouti : l’l’Accident du Mont Garbi de 1982. Il s’agit d’un événement bien connu, entièrement couvert par les médias et commémoré chaque année. Il a très probablement supplanté le crash de 1976.

Quoi qu’il en soit, ces deux accidents aériens restent pour la Légion étrangère les événements les plus meurtriers depuis la fin du conflit algérien.

L’opération dans le TFAI/Djibouti fut la seule “intervention rapide” à laquelle le GOLE participa. L’unité est dissoute en juillet 1977 et ses trois compagnies de combat (5e, 6e et 7e) sont directement intégrées au 2e RE. Fin 1983, le régiment quitte la Corse pour la France métropolitaine. Là, en juillet 1984, les trois compagnies deviennent la 1ère, la 2ème et la 3ème compagnie du 2e REI.

 

2e RE - 2 RE - GOLE - Groupement opérationnel - Légion étrangère - 6e compagnie - 1975 - insigne
L’insigne de la 6e Compagnie du GOLE, créé par le capitaine Tresti en Corse en 1975.

2e RE - Groupement opérationnel - Légion étrangère - Djibouti - TFAI - GOLE - Fanion - Guignon - 1976
Une image rare montrant le Cba Michel Guignon (à gauche), alors commandant du GOLE (1975-1977), et le fanion de l’unité dans le TFAI/Djibouti en 1976. Michel Guignon servait dans la Légion depuis 1956. Il a été chef de section au sein du célèbre 1er REP en 1958-1961. Avant d’être promu général, il commandait également le 2e REP (1980-1982). Par une étrange coïncidence, les deux accidents aériens les plus tragiques de la Légion d’après 1962 se sont produits à Djibouti et, de plus, sous son commandement (en 1976 au GOLE et en 1982 au 2e REP) … Le fanion du GOLE est tenu par l’Adjudant-chef Zeltinger, un légionnaire allemand qui a volontairement sauté au-dessus de Dien Bien Phu en avril 1954.
GOLE - Accident - TFAI - Djibouti - 1976 - pierre commémorative - Corse - Bonifacio - 1979
Une image rare de la pierre commémorative originale dans le cimetière de la Légion de Bonifacio. La photo a été prise en 1979, par Roberto Castiglioni, et publiée avec son aimable autorisation.
GOLE - Accident - TFAI - Djibouti - 1976 - pierre commémorative - Corse - Bonifacio - 1989
Un légionnaire du 1er REC remet en état la pierre commémorative originale dédiée à la tragédie, lors d’une rénovation complète du cimetière de la Légion à Bonifacio, fin 1989.
GOLE - Accident - TFAI - Djibouti - 1976 - Crash - Plaque commémorative - Bonifacio
La plaque commémorative actuelle dans le cimetière de la Légion à Bonifacio, en Corse (garnison du GOLE de 1971 à 1977). La plaque a été fabriquée et placée au cimetière probablement vers 2010.
GOLE - Accident - TFAI - Djibouti - 1976 - Memorial Stone - Bonifacio - 2013
La pierre commémorative originale à l’intérieur du cimetière de la Légion de Bonifacio, en septembre 2013. La photo a été prise et fournie à l’auteur par Roberto Castiglioni.

 
 
———
 

Mes remerciements chaleureux:
Je remercie vivement Roberto Castiglioni pour son aide avec cet article.
Je remercie également le général Vittorio Tresti.

 
———
 

Principales sources d’informations:
Képi blanc revues (1976)
Colonel Jean-Jacques Noirot: A tous les oubliés (ASAF, novembre 2019)
Mémorial GenWeb
Aéorostèles
Google Maps

 

 

Legion Etrangere Info boutique - bannière

Les motifs originaux inspirés par la Légion.
Découvrez-les dans notre boutique.

 

 

L’article original : GOLE: 1976 Djibouti Helicopter Crash

 

 

Les autres articles en français:
Général Paul-Frédéric Rollet
Historique du 1er Régiment Etranger
Guerre franco-prussienne de 1870
Deuxième Légion Etrangère – Légion Suisse
Compagnies Montées de la Légion étrangère
Légion étrangère en Orient : 1915-1919
La Légion à Madagascar en 1947-1951
La Tragédie de Forthassa de 1908
Combat d’Alouana du 15 mai 1911
Prise d’otages de Loyada en 1976
Accident du Mont Garbi de 1982
Compagnie Parachutiste du 3e REI
Compagnie de Discipline des Régiments Etrangers en Extrême-Orient
3e BMLE: 3e Bataillon de Marche de la Légion Etrangère
Pelotons de Réparation de Légion Etrangère
Dépôt Commun des Régiments Etrangers
2e Régiment Étranger de Cavalerie
3e Régiment Étranger de Parachutistes
4e Régiment Etranger d’Infanterie
6e Régiment Étranger d’Infanterie
11e Régiment Étranger d’Infanterie
12e Régiment Étranger d’Infanterie

 

 

La page a été mise à jour le : 23 mai 2021

 

↑ Haut de la page