4e Régiment Etranger d’Infanterie

Le 4e Régiment Etranger d’Infanterie (4e REI) est un régiment d’infanterie de la Légion étrangère. Il est créé en Afrique du Nord, au Maroc, en novembre 1920. Surnommé Régiment du Maroc, ses unités participent à la pacification du pays et à la guerre du Rif. Dissous en 1940, son drapeau a vu le Sénégal et la Tunisie pendant la Seconde Guerre mondiale, alors confié à la 4e Demi-brigade de Légion.

Recréé en 1946, l’histoire du 4e REI est marquée par la participation à la campagne de Madagascar en 1947-51, aux opérations au Maroc en 1954-55 ou à la guerre d’Algérie en 1957-62. Le 4e REI est dissous au Sahara en 1964. Son numéro, l’histoire et les traditions sont adoptées par le régiment d’instruction de Légion de Castelnaudary en juin 1980.

 
4e Régiment Étranger d’Infanterie - L'historique - 4e REI

 
 

Introduction

En Afrique du Nord en 1907, face aux attaques contre ses ressortissants et aux menaces aux confins algéro-marocains, la France décide d’intervenir au Maroc. Les légionnaires sont en tête des troupes d’assaut. En 1912, le traité de protectorat de la France sur le Maroc est signé. La pacification du pays commençait.

Pendant la Première Guerre mondiale de 1914-1918, plusieurs bataillons et compagnies montées de la Légion étrangère sillonnent le Maroc et défendent la terre pacifiée. Une tâche très difficile puisque les rebelles marocains armés par l’étranger sont encouragés par le départ du grand nombre des troupes françaises pour le théâtre européen.

Une fois la guerre en Europe est terminée, les bataillons et compagnies montées, épuisés par les terribles combats et le défaut d’effectifs, sont devenus autonomes et continuent la pacification du Maroc. Mais en 1920, avec un nouvel afflux d’engagements de l’Europe bouleversée par le récent conflit, et en considération des nouvelles tâches géopolitiques pour la France, la Légion sera complètement réorganisée.

C’est donc le 30 septembre 1920 que le ministre de la guerre décide de réunir les différents bataillons formant corps implantés au Maroc et prescrit la formation d’un nouveau régiment de la Légion (au vrai, deux vieux régiments de la Légion seront reconstitués et trois nouveaux encore organisés entre la fin de 1920 et le début de 1921 en Algérie, au Maroc et en Tunisie).

 
 

Création du 4e Régiment Etranger

Le 4e Régiment Etranger (4e RE) est créé le 15 novembre 1920. Il est formé initialement avec quatre bataillons bien aguerris, ayant servi au Maroc depuis plusieurs années. L’une des compagnies montées lui est aussi rattachée. Le régiment, bientôt surnommé le « Régiment du Maroc », est composé de 78 officiers, 197 sous-officiers et 3 384 légionnaires, soit 3 659 hommes. Son état-major s’implante à Meknès, une ville située au nord du pays, entre les massifs du Rif et du Moyen Atlas. Le commandement du régiment est confié au Lieutenant-colonel Lucien Maurel. C’est un ancien capitaine de la Légion de 1904-1909.

 

Composition du 4e RE en novembre 1920 :

  • Etat-major + Compagnie hors rang (CHR) à Meknès
  • 1er Bataillon (l’ex-1er Bataillon du 1er RE) à Benni Mellal : Cba Lambert
  • 2e Bataillon (l’ex-2e Bataillon du 1er RE) à Marrakech : Cba Astraud
  • 3e Bataillon (l’ex-6e Bataillon du 1er RE) à Bou Denib : Cba de Corta
  • 4e Bataillon (l’ex-6e Bataillon du 2e RE) à Meknès et Ain Leuh : ??
  • 1re Compagnie Montée (l’ex-1re Cie Montée du 1er RE) à Bou Denib : ??

 

Au début de 1921, le régiment est remplacé à Meknès par le 2e Régiment Etranger fraîchement reconstitué. Le 4e Bataillon du 4e RE, implanté lui aussi dans cette ville, rejoindra son ancien régiment. Le P.C. du 4e RE fait donc mouvement vers Marrakech.

 

Légionnaires - Maroc - 1910-1914 - 22e Compagnie - 1er Regiment Etranger - Legion Etrangere
Légionnaires de la 22e Compagnie du 1er Regiment Etranger au Maroc, avant la Première Guerre mondiale.

Meknès - Maroc - 1917 - Troupes
Troupes françaises à Meknès en 1917, trois ans avant la création du 4e Etranger dans cette ville.
Maroc - 1920 - 4e Etranger - 4e RE - implantations - carte
L’implantation du P.C. du 4e RE au Maroc en 1920-21.

 
 

Le 4e Etranger au Levant en 1921-1926

En 1920, un mandat institué par la Société des Nations permit la France d’administrer au Levant (une vaste région au Moyen-Orient) la Syrie et le Liban, les pays de l’ex-Empire Ottoman occupés après la Première Guerre mondiale.

Pour participer dans la pacification de ces territoires encore inconnus aux légionnaires, un nouveau 4e Bataillon du 4e RE est organisé en février 1921 à Saïda, l’ancienne garnison du 2e Etranger en Algérie. Un mois plus tard, ce bataillon du commandant Salvat débarque au Levant. En septembre, il y est renforcé par le 5e Bataillon du 4e RE, lui aussi organisé à Saïda et placé sous les ordres du chef de bataillon Goepfert.

Ces deux bataillons, composés de trois compagnies d’infanterie et d’une compagnie montée chacun, ne connaîtront jamais le Maroc. Le 4e reviendra en Algérie en 1924 pour être dissous après quatre années de maintien de l’ordre, des travaux de route, et des constructions des ponts ou des postes militaires en Syrie. Le 5e restera au Levant pour faire honneur à la Légion pendant la Révolt druze (1925-1927), surtout dans la bataille de Messifré en septembre 1925. Après les durs combats, le bataillon quittera le 4e Etranger pour devenir un bataillon du 1er REI. Pour savoir plus : La Légion étrangère en Syrie et au Liban : 1921 – 1939

 
 

La Pacification du Maroc en 1921-1934

Au Maroc en 1921, il ne reste que trois bataillons du régiment, alors rassemblés à Marrakech. Ils sont tout de suite engagés dans la pacification du pays. Jusqu’en 1924, les unités du 4e Etranger vont opérer dans les massifs de l’ouest du Moyen Atlas et assister à la réduction de la tache de Taza, au nord de cette ville. Tour à tour, les tribus sont descendues dans les vallées et se sont soumises.

Pour conquérir de nouveaux terrains, les bataillons font partie des groupes mobiles, unités à gros effectif de toutes armes. Les légionnaires passent en colonne de longues semaines, avant d’avoir regagné leurs garnisons pour un bref repos. En même temps, connus comme des soldats et bâtisseurs, ils contribuent à la construction des postes ou blockhaus, des routes, des ponts. Pendant l’hiver, les hommes demeurent dans ses avant-postes.

En juin 1922, à cause d’un décret prescrivant la création officielle du 1er REC, les régiments d’infanterie de la Légion changent leur titre. Donc, le 4e RE devient le 4e REI. Le 11 novembre de la même année, le régiment reçoit son drapeau.

En 1921, au nord du Maroc, les tribus berbères des montagnes du Rif se soulèvent violemment contre le Protectorat espagnol au Maroc (mis en place en 1912, par la convention franco-espagnole). Après une période de neutralité, la France rejoint l’Espagne à la fin de 1924 pour se battre contre les Rifains et leur chef, Abdelkrim. Plusieurs bataillons de la Légion française, y compris ceux du 4e REI (1er + 2e), vont lutter à côte de la Légion espagnole. L’ennemi est bien organisé, bien armé et très combatif. Mais finalement, fin mai 1926, l’alliance franco-espagnole contraint les Rifains à la capitulation. Le 2e Bataillon est cité à l’ordre de l’Armée.

 
Maroc - 1921-1925 - 4e Etranger - 4e RE - operations - carte

Bou Yahia - Maroc - 1922 - 4e REI - Lieutenant Savary de Beauregard - Legion Etrangere
Le poste Bou Yahia en septembre 1922. Le lieutenant Savary de Beauregard du 3e Bataillon du 4e REI y a été tué par les dissidents le 16 septembre. Il devient le premier officier du 4e Etranger mort au champ d’honneur.
Chef de bataillon Henry de Corta - 4e RE - 4 RE - Legion Etrangere - Maroc - annees 1920
Le Chef de bataillon Henry de Corta, commandant du 3e Bataillon du 4e RE au Maroc en 1920-23.
Drapeau - Marrakech - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - 1925
La garde du drapeau du 4e REI à Marrakech en 1925.
Camp - Marrakech - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - annees 1920
Une tempête de sable vue du camp du 4e REI à Marrakech, années 1920.

 

Trois mois plus tard, un aspect du génie apparaît au 4e REI. La Compagnie de sapeurs pionniers (CSP), créée le 24 août 1926. Rattachée administrativement à la CHR, elle est surtout occupée à la construction des pistes et routes, comme celle de Marrakech à Ouarzazate, en passant le col de Tizi n’Tichka. Une route extraordinaire, longue de 220 kilomètres.

De 1926 à 1933, les légionnaires du 4e Etranger opèrent au sud, en participant à la pénétration et à l’occupation du reste du Haut Atlas et de l’Anti Atlas. Basés à Marrakech, Ouarzazate et Agadir, ils traversent la zone inconnue vers la Mauritanie et le Sahara occidental ; l’un des bataillons assiste à la réduction de la « Grande Tache » dans l’Atlas. La Compagnie Montée, alors basée à Kerrando, assure la protection des convois de ravitaillement des avant-postes. Outre ces tâches, les unités du 4e REI construisent des nouvelles pistes, des postes, des blockhaus ou aménagent des terrains d’aviation, pour mieux éliminer les rebelles et pacifier le pays le plus tôt possible.

L’année 1932 marquera la reprise de l’offensive. Une nouvelle arme vient donc compléter le régiment : la Batterie de marche, unité d’artillerie constituée le 16 mai. Elle est équipée de quatre canons de 75 mm modèle 1897, transportés sur les camions d’une compagnie de transport (CAT). La batterie sera implantée à Ouarzazate.

En février 1933, les légionnaires de tous les quatre régiments participent au Djebel Sagho aux durs combats du Bou Gafer, face à la confédération des Aït Atta. C’était l’une des dernières grandes opérations des troupes françaises contre les dissidents marocains. Les 1er + 3e Bataillons et la Batterie de marche du 4e REI y ont pris une bonne part. En juin-septembre, c’est la conquête du Djebel Baddou pour le régiment déjà regroupé. Celle-ci est la dernière opération pour les bataillons du 4e Etranger.

Entre temps, le 15 avril 1933, la Compagnie Montée du 4e REI est devenue la Compagnie Montée Automobile (CMA/4), sous les ordres du célèbre Capitaine Gaultier. Elle participera au début de 1934 à la campagne de l’Anti-Atlas à l’extrême sud du Maroc et, au sein de cette campagne, à la première opération toute motorisée de l’armée française, menée par le Général Trinquet. Quatre unités motorisées de la Légion, appuyées par la CSP et la Batterie du 4e REI, y vont prendre part. Cette opération remarquable achèvera en mars 1934 avec succès les vingt-sept années de la pacification du Maroc, à laquelle la Légion a participé depuis le tout début…

 
Maroc - 1926-1934 - 4e Regiment Etranger - 4 REI - operations - carte

Compagnie Montée - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - 1927
Le tampon de la (1re) Compagnie Montée du 4e REI en 1927, basée à cette date à Kerrando, au nord-est de Djebel Sagho. En 1933, la compagnie deviendra motorisée et prendra le titre Montée Automobile (CMA).
Poste Dar Lahoussine - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - annees 1920
Le poste Dar Lahoussine au Maroc, occupé par les légionnaires du 4e REI.
Compagnie de sapeurs pionniers - CSP - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - fanion
Le fanion de la CSP/4, avec un dessin d’Eugène Lelièpvre, peintre des Armées.
Batterie de marche - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - Djebel Sagho - 1933
La Batterie de marche du 4e REI au Djebel Sagho en 1933.
Certificat de bonne conduite - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - 1930
Certificat de bonne conduite pour un légionnaire du 4e REI, délivré en 1930 par le Colonel Mathieu, alors le chef de corps. Certificat publié avec l’aimable autorisation de Krzysztof Schramm, l’historien de l’A.A.A.L.E. en Pologne et l’auteur du livre Niczego nie żałuję.

 
 

Le 4e Etranger au Maroc en 1934-1940

La période de quatorze années de combats se termine pour le 4e REI. Désormais, le Maroc est transformé en un immense chantier et les légionnaires participent aux différents travaux. Chaque année, le régiment réalise des dizaines de kilomètres de route. C’est aussi la transformation du port d’Agadir ou l’irrigation de la vallée du Souss où les hommes du 4e Etranger font ses preuves.

Au sud, la CMA s’est scindée en deux parties pour construire les postes de Foum El Hassan (sa garnison) et celui de Tindouf, situé déjà en Algérie, au cœur du désert, près de la frontière avec la Mauritanie. Un détachement de la compagnie y est toujours présent (jusqu’en 1940) pour maintenir l’ordre dans le secteur et pour rayonner au loin sur la Mauritanie, jusqu’à Fort Trinquet. C’est alors une mission très particulière pour une unité de Légion en Afrique du Nord.

 

Composition du 4e RE en 1935 :

  • Etat-major + Compagnie hors rang (CHR) : Marrakech
  • 1er Bataillon : Marrakech
  • 2e Bataillon : Ouarzazate
  • 3e Bataillon : Agadir
  • Compagnie Montée Automobile (CMA) : Foum El Hassan
  • Compagnie Sapeurs Pionniers (CSP) : Marrakech
  • Batterie de marche : Ouarzazate

 

La période de 1935 à la fin de 1939, marquée par la paix totale sur l’ensemble du Maroc, est consacrée à l’instruction, aux travaux purement pacifiques, aux manœuvres, aux tournées de police, à la modernisation des unités du régiment. Les cinq années sans aucune lutte pour les légionnaires. Une chose très rare…

En septembre 1939, les tristes événements en Europe ont interrompu la période de la paix. L’ordre de mise sur pied de guerre arrive. La CSP est dissoute. Au sein des bataillons du 4e REI, des détachements sont constitués pour rejoindre la Métropole. Près de 500 légionnaires du 4e Etranger formeront en France les noyaux des deux nouveaux régiments (11e REI + 12e REI) ; trois compagnies seront destinées à la 13e Demi-brigade pour la campagne de Norvège. Également, deux autres détachements partiront renforcer le 5e REI au Tonkin et le 6e REI au Levant.

Au Maroc, le 4e REI considérablement réduit poursuit quand même ses missions. Sa batterie d’artillerie, devenue Batterie portée depuis la fin de 1939, est implantée à Port-Lyautey pour défendre la côte atlantique. Elle y est renforcée par la Batterie du 2e Etranger, affectée au 4e REI ; une troisième Batterie portée est créée au sein du régiment en 1940, à Mogador, avec la même mission. Néanmoins, la réduction d’effectifs et l’Armistice signé avec l’Allemagne en juin 1940 vont rendre une réorganisation du 4e Régiment Etranger du Lieutenant-colonel Gentis, le 15 novembre 1940, vingt ans exactement après sa création.

Le lendemain, le régiment toujours basé à Marrakech devient le nouveau 2e REI, renforcé par des éléments venant de ce dernier dissout à la même date. Les légionnaires du 1er Bataillon du nouveau 2e Etranger, bataillon de tradition du Régiment du Maroc, vont porter le chiffre « 4 » sur l’écusson de collet.

 

Insigne - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - 1937
L’insigne du 4e REI, créé fin 1937. La grenade et couleurs vert et rouge symbolisent la Légion, la Koutoubia de Marrakech la garnison du 4e REI, et les monts symbolisent le Haut Atlas.

Marrakech - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Koutoubia - Maroc
Marrakech, avec le minaret de la mosquée Koutoubia. En arrière-plan, les montagnes du Haut Atlas.

Maroc - 1934-1939 - 4e Etranger - 4e REI - implantations - carte

Camerone - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Marrakech - Maroc - 1935
Le 4e REI et sa clique en tenue blanche pendant la fête de Camerone à Marrakech, en 1935.
Legionnaires - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Agadir - Maroc - 1935
Un légionnaire d’origine polonaise (à gauche) avec ses camarades du 3e Bataillon du 4e REI à Agadir, en 1935. Collection de Krzysztof Schramm.
Compagnie Montée Automobile - CMA - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Foum El Hassan - Maroc - 1938
La Compagnie Montée Automobile du 4e REI (CMA/4) près de Foum El Hassan, fin d’années 1930.
Legionnaires - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - 2e Bataillon - Maroc - 1938
Légionnaires du 4e REI marchant dans le bled du Maroc, 1938.
Colonel Lorillard - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Marrakech - 1938
Colonel Paul Lorillard, alors le chef de corps du 4e REI, pendant une cérémonie à Marrakech en 1938. C’est un ancien commandant des 3e Bataillons du 3e REI (1926-29) et du 5e REI (1930-31).
Legionnaire - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - 2e Bataillon - Maroc - 1938
Une photo iconique de la « Vieille Légion » d’avant-guerre. C’est un ancien légionnaire-clairon du 2e Bataillon du 4e REI au Maroc en 1938.

 
 

La 4e DBLE au Sénégal en 1941-1943

Pour faire place en Afrique du Nord aux rescapés du 6e REI du Levant, une demi-brigade fut créée le 16 août 1941 pour aller renforcer les troupes françaises au Sénégal. Ce pays de l’Afrique-Occidentale française (AOF) a vu déjà une tentative ratée de débarquement britannique et en attendait une autre. La nouvelle demi-brigade est formée avec des unités du 1er REI : sa compagnie régimentaire, ces deux bataillons et avec une compagnie du 3e bataillon. Le 25 août, les hommes débarquent en AOF, bientôt complétés par des légionnaires partant à l’origine vers le Tonkin; étant bloqués par les Britanniques au sud du Sénégal, ils ont dû faire demi-tour.

Sous le titre de 4e Demi-brigade de la Légion Etrangere (4e DBLE), la nouvelle unité a reçu le drapeau du 4e REI ; le commandement est confié au Lieutenant-colonel Auguste Gentis, le dernier chef de corps du 4e Etranger. Implantée à Saint-Louis (alors la capitale de l’AOF et du Sénégal ; P.C. + 2e Bon) et à Dakar-Bango (1er Bon), la demi-brigade se consacre surtout à l’aménagement des cantonnements, à l’instruction et aux manœuvres.

Pour éviter la léthargie et la monotonie du service, et pour resserrer la cohésion de la troupe, des tournées de brousse de deux à trois semaines à pied seront organisées par sections dans ce territoire désertique, avec un climat éprouvant.

En outre, une Compagnie de Sapeurs Pionniers (celle-ci du 2e REI, formée au Maroc) est rattachée en septembre à la 4e DBLE. Unité un peu mystique et très mal connue, avec ses détachements basés à Kéllé, Rosso et même en Mauritanie, à Nouakchott, la CSP va améliorer la route impériale reliant l’Algérie et le Sénégal.

Au début de novembre 1942, un débarquement des Alliés s’est déroulé en Afrique française du Nord et inversait la situation politique. Les troupes françaises en Afrique vont reprendre le combat contre l’Allemagne. En mars 1943, la 4e Demi-brigade quitte Sénégal pour le Maroc.

 
 

Le 1er REIM en Tunisie en avril-mai 1943

Ayant rejoint les Alliés, les troupes françaises en Afrique du Nord vont prendre part à la campagne de Tunisie, contre les forces de l’Axe (Allemands et Italiens). Après avoir resté un mois au Maroc, la 4e DBLE est envoyée par le chemin de fer en Tunisie, pour y incorporer le 1er Bataillon du 1er REI du commandant Pénette et former le 16 avril 1943 une nouvelle unité, le 1er Régiment Etranger d’Infanterie de Marche (1er REIM), toujours sous les ordres du Colonel Gentis et sous le drapeau du 4e REI.

Le régiment va participer dans cette campagne à cote de ses camarades du 3e REIM. Il sera engagé aux durs combats au Djebel Mansour, à Sidi Abd El Kerim, aux Djebels Rhian et Alliliga et, avant tout, dans la plaine de Pont de Fahs, au Djebel Oust et au Djebel Zaghouan, où les Italiens et les Allemands se rendront en masse.

Le 30 mai, le régiment est dissous. Pendant sa brève existence des six semaines de durs combats en Tunisie, le 1er REIM a gagné une citation à l’ordre de l’Armée et une nouvelle inscription sur le drapeau du 4e REI : Djebel Zaghouan 1943.

 
1941-1943 - 4e DBLE - 4e Demi-brigade - Senegal - Mauritanie - implantations - carte

Section de Canons - 4eme DBLE - 4e Demi-brigade - Legion Etrangere - Senegal - 1942
Légionnaires de la Section de canons antichars de 25 mm Hotchkiss modèle 1934 de la 4e Demi-brigade (4e DBLE) au Sénégal, 1942. Ils portaient un écusson distinctif en drap sur leur manche gauche (une visée V sur un char).
4eme DBLE - 4e Demi-brigade - Legion Etrangere - Senegal - Saint-Louis - défilé - 1942
Deux compagnies de la 4e DBLE défilent à Saint-Louis au Sénégal, 1942. Les hommes portent la tenue coloniale, avec le casque colonial MLE 1931.
4eme DBLE - 4e Demi-brigade - Legion Etrangere - Senegal - Saint-Louis - inspection - 1942
Les hommes de la 4e DBLE attendent l’inspection du Général Giraud à Saint-Louis au Sénégal, le 12 décembre 1942. Collection de Krzysztof Schramm.
Insigne - VELITE - 4e DBLE - 4eme Demi-brigade - Legion Etrangere - Senegal - 1942
L’insigne VELITE de la 4e DBLE. Créé en 1942 en rappelant l’insigne du 4e REI, il doit récompenser les gradés et légionnaires les plus habiles et les plus véloces de la 4e DBLE, à l’instar de ce qui s’était pratiqué dans les légions romaines.

1943 - 1er REIM - Djebel Zaghouan - Djebel Mansour - Tunisie - carte

1er REIM - Régiment Etranger d'Infanterie de Marche - Legion Etrangere - Tunisie - 1943
Les Pâques célébré par les hommes du 1er REIM en Tunisie, avril 1943.

 
 

La 4e DBLE et le 4e REI au Maroc en 1946-1954

Pour assurer la présence de la France au Maroc après la Seconde Guerre mondiale, le « Régiment du Maroc » fut reconstitué à Fès le 16 mai 1946, tout d’abord avec un 1er batailon. Mais, à cause des événements qui s’aggravent en Indochine, il n’y aura pas assez d’effectifs pour former un régiment entier. Donc, le 16 septembre 1946, le nouveau 4e REI toujours en reconstitution devient la 4e Demi-brigade de la Légion Etrangere du Maroc (4e DBLEM).

Composée de deux bataillons et d’une compagnie montée (la dernière du genre, rattachée à la demi-brigade le mois suivant, en octobre), la 4e DBLEM se consacre d’abord aux travaux de route, à l’aménagement de ses camps, aux manœuvres ou aux tournées de police dans l’Atlas. Plus tard, un groupement d’instruction implanté à Fès sera former des jeunes recrues, en soutien la mission de la maison-mère de la Légion en Algérie.

En juin 1947, le deuxième bataillon de Meknès (basé au Quartier Bournazel qui s’appellera plus tard Quartier Bissey) quitte le Maroc pour devenir la première unité de la Légion étrangère à Madagascar en 1947-1951, pour y réprimer la révolte.

Un nouveau 2e Bataillon est donc organisé en novembre 1947 au Maroc, à El Hajeb, suivi par un troisième en octobre 1948, qui s’installera à Meknès. Avec ces trois bataillons, la demi-brigade redevient le 4eme Régiment Etrager d’Infanterie, le 16 octobre 1948.

En même temps, la guerre en Indochine demande sans cesse des nouveaux renforts. Presque chaque mois, un nombre des légionnaires du « 4 » partent pour l’Extrême-Orient. En septembre 1948, chacun de ses deux bataillons fournit une compagnie pour former en Algérie un certain 2e Bataillon Etranger de Parachutistes (2e BEP). En juin 1949, c’est le 2e Bataillon du 4e REI en entier qui est prêt pour rejoindre l’Indochine. Rebaptisé le 5e Bataillon et stationné au Tonkin (le nord du Vietnam), ses légionnaires assurent la frontière avec la Chine et gardent les routes reliant le Delta tonkinois. En novembre 1949, le bataillon deviendra le 2e Bataillon du nouveau 5e REI.

Au Maroc, le régiment continue à servir comme le réservoir d’hommes, pour ceux qui sont rentrés de l’Indochine aussi que pour ceux qui sont désignés d’y partir. Un nombre de sous-officiers et légionnaires à retour d’Extrême-Orient qui passent leur congé de fin de campagne aux bataillons du 4e REI sont souvent affectés pour faire l’encadrement des compagnies d’instruction. L’entraînement des jeunes par les anciens d’Indochine se succède avec les manœuvres et les tournées de police. Fin 1949, la compagnie montée de Ksar es-Souk, la dernière du genre, est dissoute. Le 1er janvier 1950, elle deviendra la Compagnie Portée.

L’année 1950 est marquée par une vaste diminution des effectifs partant en Extrême-Orient qui provoquera, le 31 mai 1951, une nouvelle dissolution du 4e REI. Ils ne restent que deux bataillons, l’un au Maroc et l’autre toujours stationné à Madagascar. Celui du Maroc, le 1er Bataillon, basé à l’époque avec la portion centrale au Quartier Bissey à Meknès, gardera le drapeau et les traditions du 4e REI comme une unité formant corps (c’est-à-dire unité considérée comme un régiment). Il est commandé par le Lieutenant-colonel Jules Gaucher.

Fin janvier 1952, le 4e Bataillon (ex-2e Bon) formant corps rentre de Madagascar. Installé au Quartier Fontanel à Fès, il se consacrera à l’instruction des jeunes (dirigés ensuit vers l’Indochine), aux travaux de toutes sortes et à maintenir l’ordre dans le protectorat. Là, les premières activités rebelles s’apparaissent en mars 1952, après dix-huit longues années de la paix. Le même mois, la Compagnie Portée est stationnée à Khénifra, pour calmer l’agitation dans ce secteur assez turbulent.

Cependant, avec la fin de la guerre en Indochine, la situation au Maroc deviendra vraiment grave en août 1954. C’est dans la Médina de Fès, où les deux bataillons du 4e REI participent à l’opération « Képi blanc ». Cette année aussi, pour avoir une idée précise des chiffres, le 4e Bataillon a dirigé sur l’Extrême-Orient au total 5 officiers, 70 sous-officiers et 830 légionnaires, bien que l’unité elle-même comprenait d’environ 650 hommes.

 
Maroc - 1946-1954 - 4e DBLE - 4eme Etranger - 4e REI - 4 REI - implantations - carte

4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Drapeau - Maroc - 1946
Le drapeau du 4e REI au Maroc, vers 1946. Collection de Krzysztof Schramm.
Musique - 4e DBLEM - 4 DBLE - Legion Etrangere - Meknes - Maroc - 1948
La musique de la 4e DBLEM défile à Meknès, vers 1948.
Fanion - 4e DBLEM - 4 DBLE - Legion Etrangere
Fanion d’une compagnie de commandement de la 4e DBLEM au Maroc.
Madagascar - 4e DBLE - 4 DBLE - Legionnaire - Legion Etrangere - 1948
Légionnaire Karl Melchner de la 4e DBLE à Madagascar, 1948. Photo publiée avec l’aimable autorisation de Mme Anikó Melchner Kőhegyi, sa fille. D’origine hongroise, son père a servi à Madagascar avec la 4e DBLE (plus tard le 4e REI) en 1947-49. Pour voir plus : La Légion à Madagascar en 1947-1951
Certificat de bonne conduite - 4e DBLEM - 4 DBLEM - Jules Gaucher - Legion Etrangere - Maroc - 1948
Certificat de bonne conduite pour un sous-officier du 1er Bataillon de la 4e DBLEM, délivré en mai 1948 par le chef de bataillon Jules Gaucher, ce fameux commandant des survivants de l’ancien 5e REI, le régiment décimé par les Japonais en 1945, et futur chef de corps de la 13e DBLE. Il sera tué à Dien Bien Phu en Indochine en mars 1954. Collection de Krzysztof Schramm.
Lt-colonel Bablon - 4e DBLEM - 4 DBLE - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere
Lieutenant-colonel Gabriel Bablon, chef de corps de la 4e DBLEM en juillet 1948, et puis du 4e REI, jusqu’en 1950.
Indochine - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - 20e Cie - Tonkin - Loc Binh - 1949
Les hommes de la 20e Cie du V/4e REI à Loc Binh au Tonkin, 1949.
Indochine - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - 20e Cie - Tonkin - Tombes - 1949
Langson au Tonkin. Tombes du légionnaire Joseph Zsidi et de son camarade, de la 20e Compagnie du 4e REI, tués en Indochine le 18 août 1949.
Mme de Bourgoing Lyautey - General Duval - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - Rabat - 1950
Rabat au Maroc, le 15 juin 1950. Les hommes du 4e REI saluent Mme Inès de Bourgoing Lyautey, veuve du Maréchal Hubert Lyautey, chef du protectorat français au Maroc de longues années (1912-16 et 1917-25) qui aimait beaucoup « mes légionnaires ». Mme Lyautey fonde pour les légionnaires la Maison de convalescence de Salé, et la maison de retraite de Balme-les-Grottes. Elle est accompagnée par le Général Raymond Duval, alors commandant supérieur des troupes du Maroc. Jeune lieutenant, il a servi en Syrie en 1921-22 à l’une des deux compagnies montées du 4e RE. Il périt dans un accident aérien en août 1955. Collection de Anikó Melchner Kőhegyi.
Instruction - 1er Bataillon - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - Meknes - 1952
Les jeunes légionnaires du I/4e REI pendant leur instruction au Maroc, dans la région de Meknès, en 1952. Collection de Krzysztof Schramm.
Instruction - 1er Bataillon - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - Meknes - 1952
Les jeunes légionnaires de la compagnie d’instruction du I/4e REI, 1952. Collection de Krzysztof Schramm.
Instruction - 1er Bataillon - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - Meknes - 1952
Compagnie d’instruction du I/4e REI, 1952. Vingt-huit ans plus tard, en 1980, le 4e Etranger reprendra l’instruction des jeunes légionnaires… Collection de Krzysztof Schramm.
Opération Képi blanc - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - Fes - 1954
Les camions GMC des I/4e REI et IV/4e REI devant la Médina de Fès, pendant l’Opération Képi blanc en août 1954.

 
 

Le 4e REI au Maroc en 1955-1957

Le 1er mars 1955, le 4e REI est reconstitué, avec ses deux bataillons jusqu’alors autonomes ; le 4e Bataillon reprend son ancien numéro « 2 » de 1947. En même temps, une 2e Compagnie Portée est créée à Ksar es-Souk. L’instruction des jeunes recrues fut supprimée. Sous le commandement du Colonel Gustave Borreill, un ancien de la 4e DBLE au Sénégal, le 4e REI devient de nouveau un régiment de combat.

Ses unités sont rapidement dirigées sur Casablanca, Meknès, Khénifra et particulièrement sur Oued Zem, où se produisent en août des sauvages massacres des habitants européens. Malgré tout, le 4e REI rétablira l’ordre dans tous ces secteurs révoltés. Les opérations militaires continuent jusqu’à fin décembre, surtout au nord, dans le Rif.

En 1956, la situation politique se change considérablement. L’abandon du Maroc par la France est chose fait. Au début de mars de cette année, le Maroc obtient son indépendance. Fin juin, les unités du 4e REI sont alors envoyées sur la frontière algéro-marocaine dans l’Est du pays, jusqu’à Bouarfa et Figuig, des postes perdus dans une zone désertique. Là-bas, elles passent un été très chaud, aux côtés de leurs camarades du 2e REC. Beaucoup légionnaires voient dans cette mission une punition à la suite de l’indépendance marocaine.

Vers la fin d’octobre, les légionnaires regagnent ses garnisons. Le 16 novembre 1956, le 4e REI est encore une fois réorganisé, pour devenir un régiment d’infanterie porté moderne. Les deux bataillons sont dissous, remplacés par deux groupements portés (GCP, puis l’EMT). En incorporant le GPLEM (Groupement porté de Légion du Maroc, lui aussi supprimé à cette date), le nouveau 4e Etranger est composé de six compagnies portées équipées avec les Dodge 4×4 et 6×6, les AM-M8 et les Jeep. Avec le 2e REI, ce sont les deux premiers régiments portés de la Légion.

Pendant que les deux compagnies de l’ex-GPLEM vont partir vers la Mauritanie, le Régiment du Maroc quittera en mars 1957 son pays d’origine pour se déplacer en Algérie, où la nouvelle guerre a déjà commencé. Le 18 mars 1957, la 3e Compagnie Portée du Capitaine Gay passera la frontière algéro-marocaine comme la dernière unité de la Légion, laissant derrière elle 50 années de combats, de sacrifices, de travaux énormes… Une page de l’histoire s’est tournée.

 
Maroc - 1955-1956 - 4eme Etranger - 4e REI - 4 REI - missions - Casablanca - Oued Zem - Figuig - carte

4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Drapeau - Maroc - 1955
Le drapeau du nouveau 4e REI au Maroc, en 1955. Au sein de la Légion étrangère, la période 1955-56 est marquée par des gardes de drapeau composés uniquement de sous-officiers.
Oued Zem - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - Colonel Borreill - General Franchi - 1955
Oued Zem, août 1955. Les hommes du 4e REI sont visités par le Général Franchi, alors commandant la région militaire de Casablanca. Il est accompagné par le Colonel Borreill, leur chef de corps et l’ancien commandant du Bataillon français de l’ONU en Corée. Quelques jours auparavant, Oued Zem a vu un massacre brutal des habitants européens, sauvés par l’arrivée des légionnaires du 4e REI.
Khénifra - 1re Compagnie Portée - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - 1955
L’entrée du camp de la 1re Compagnie Portée du 4e REI à Khénifra.
Camerone - Fès - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - 1956 - Colonel Borreill
Fès, le 30 avril 1956. Le Colonel Borreill en tête de ses hommes du 4e REI, pendant la toute dernière fête de Camerone au Maroc.
Figuig - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - 1956
Le poste Figuig du 4e REI au Maroc, 1956.

 
 

Le 4e REI en Algérie en 1957-1964

Le nouveau 4e REI se dirige vers le Constantinois, une région située au Nord-Est de l’Algérie. Son P.C. s’installe à Tébessa, avec deux compagnies implantées autour Biskra et deux placées à Bir el-Ater et Négrine. Sous les ordres du Colonel Maurice Lemeunier, les quatre compagnies du régiment commencent à participer aux opérations du secteur, contre fellagas, les rebelles. Les accrochages, les différentes missions de reconnaissance, de protection ou de liaison, et les constructions de cantonnements se succèdent. Des harkis (des musulmans supplétifs servant dans une harka) sont rattachés au régiment.

Quant aux deux compagnies portées de l’ex-GPLEM, les 4e + 5e, elles sont stationnées à Fort Trinquet au nord de la Mauritanie, un territoire français qui le nouveau royaume chérifien du Maroc revendique comme sa partie intégrante. Les deux compagnies ont formé le Groupement des Compagnies Portées N° 2 (GCP 2). À cause de la distance importante du P.C. du régiment, de la différence de la zone d’opérations et de sa mission particulière, le GCP 2 deviendra unité formant corps le 1er août 1957. Au fait, la 4e Compagnie Portée avait connu la Mauritanie déjà en 1934, quand elle était encore appelée la Compagnie Montée Automobile du 4e REI…

Le GCP 2 autonome du commandant Mattei, après avoir participé en Mauritanie et aux confins marocains aux opérations à côté des légionnaires espagnols (comme les unités du 4e Etranger au nord du Maroc en 1925-26), il rejoindra en avril 1958 le gros du régiment en Algérie, comme la dernière unité de Légion.

Entre temps, le 4 janvier 1958, un nouveau drapeau est confié au 4e REI, remplaçant celui-ci daté des 35 ans de gloire.

En 1958, une « guerre du barrage » a commencé sur la ligne Morice, une ligne barbelée, électrifiée, minée et surveillée en permanence, qui courait le long de la frontière entre l’Algérie et la Tunisie, où les rebelles ont leurs camps et dépôts. L’ordre est de détruire toutes les bandes rebelles passant la frontière avec la Tunisie. Plusieurs unités de la Légion vont participer à cette mission, y compris le 4e REI.

Avec le P.C. du régiment basé depuis fin mars 1958 à Bir el-Ater au sud de Tébessa, près de la Tunisie, les compagnies portées patrouillent jour et nuit la ligne électrifiée du secteur, et chassent les fellagas, aux côtés des escadrons du 1er REC.

En août 1959, le 4e REI quitte Bir el-Ater pour faire mouvement encore plus au nord de l’Algérie. Il s’installera entre Bône, La Calle, Lamy et Guelma, pour y rester jusqu’en février 1962, avec toujours la même mission : surveiller le barrage.

Au début de février 1962, le 4e REI revient au sud, dans le secteur de Négrine, mais pas pour longtemps. Le 19 mars 1962, la Guerre d’Algérie est terminée et, le 3 juillet, la France reconnaîtra l’indépendance de l’Algérie. Pendant les combats dans ce pays, 3 officiers, 8 sous-officiers et 60 légionnaires du 4e REI sont morts pour la France.

Après l’indépendance, le régiment sera réparti dans le désert saharien, entre Touggourt, Ouargla et Hassi Messaoud. Les légionnaires y jalonnent les pistes et protègent les installations pétrolières. En mars 1963, les 2e et 3e CSPL, compagnies sahariennes, fusionnent avec le régiment.

En juin 1963, le 4e REI gagne encore le grand sud du Sahara (In Amenas, Fort Flatters, In Salah, Amguid) et puis, en octobre-décembre, l’ouest de l’Algérie, fief du 2e REI. Ses unités s’implanteront autour de Colomb Béchar ; le P.C. sera basé à Reggan. Là, quelques mois plus tard, une vaste réorganisation de l’Armée française en Afrique du Nord frappe le régiment déjà sensiblement réduit. Une dernière prise d’Armes se déroule à Reggan le 25 avril. Ensuit, le 30 avril 1964, jour de Camerone, le 4e Régiment Etranger d’Infanterie est dissous. C’est la disparition définitive du 4e REI au sol africain.

Comme en 1940, les légionnaires du 4e Etranger dissous s’amalgament avec ceux du 2e REI. Par contre, la musique régimentaire va rejoindre le 2e REP. Le drapeau est déposé au Musée de la Légion Etrangere à Aubagne. Il ne sera pas retiré qu’en septembre 1977, pour être confié au Régiment d’Instruction de la Légion Etrangere (RILE) de Castelnaudary, nouvellement créé. En juin 1980, ce dernier deviendra le 4e Régiment Etranger (4e RE), qui assumera le numéro, l’insigne, l’histoire et les traditions de l’ancien « Régiment du Maroc ». La légende continue…

 
Algerie - 1957-1962 - 4e Etranger - 4e REI - 4 REI - implantations - carte

Tebessa - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algerie - 1957 - Colonel Lennuyeux - Colonel Lemeunier - Lieutenant-colonel Sourlier
Tébessa, fin 1957. Les légionnaires du 4e REI sont passés en revue par le Colonel Lennuyeux, alors commandant en chef de la Légion, suivi par le Colonel Lemeunier (tout à gauche), chef de corps, et le Lieutenant-colonel Sourlier, commandant en second.
Fort Trinquet - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Mauritanie - 1957 - GCP 2
Les véhicules du GCP 2 du 4e REI défilent à l’aérodrome du Fort Trinquet en Mauritanie, 1957. C’est l’une de ces unités de Légion très peu connues. Elle a combattu, en outre, dans une guerre oubliée.
4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algerie - 1958
Les Dodge du 4e REI dans le secteur de Khirane, 1958.
Legionnaires - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algerie - 1958
Un homme de la garde locale observe le MAS 49 d’un légionnaire du 4e REI, coiffé du chapeau de brousse ; la région de Tébessa, 1958.
Certificat de bonne conduite - Colonel Lemeunier - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algerie - 1958
Certificat de bonne conduite pour un légionnaire du 4e REI, délivré par le Colonel Lemeunier en décembre 1958. Collection de Krzysztof Schramm.
Barrage - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algerie - 1959
Une patrouille du 4e REI sur la ligne Morice, au sud de Bir el-Ater, en 1959.
Barrage - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algerie - 1959
Les hommes du 4e REI sur la ligne Morice, dans la région de Bône, fin 1959. Notez que les légionnaires portant le chapeau de brousse.
Barrage - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algerie - 1959 - AMM8
Un AM-M8 du 4e REI surveille dans la région de Bône, en novembre 1959. Depuis octobre, le képi en toile kaki a été remplacé par le béret vert.
Légionnaires - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algerie - combat - mai 1960
Légionnaires du 4e REI avec leur capture de la bataille du 25 au 26 mai 1960 dans la région de Bône ; 31 rebelles furent tués alors.
Barrage - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algerie - 1961
Une patrouille du 4e REI dans la région de Bône, vers septembre 1961. Le treillis kaki modèle 1947/52 fut remplacé en 1960 par la tenue camouflée du même modèle.

Algerie - 1962-1964 - 4e Etranger - 4e REI - 4 REI - implantations - Négrine - Ouargla - Reggan - carte

Harka - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algerie - 1962
Légionnaires d’une harka du 4e REI dans la région de Négrine, 1962. Les harkas, composées des « harkis » (musulmans fidèles à la France) et de quelques cadres français, sont formations mobiles, constituées en commandos offensifs. Au sein de la Légion, chaque régiment d’infanterie ou de cavalerie disposait de plusieurs harkas, rattachées soit à la compagnie soit à l’escadron. Pendant les cérémonies, les harkis de la Légion coiffaient le calot vert et rouge.
Ouargla - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algerie - 1963 - P.C.
Ouargla, P.C. du 4e REI, en 1963.
Reggan - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algerie - 1964 - dissolution
Colonel Jacques Brulé, le dernier commandant du 4e REI, en tête de son régiment pendant la cérémonie de dissolution, à Reggan le 25 avril 1964.

 

 

4e REGIMENT ETRANGER D’INFANTERIE en 1920-1964: Une galerie d’images et de documents supplémentaires

 

Musique - 4e REI - 4eme REI - Maroc - Legion Etrangere - 1933
La clique du 4e Etranger en 1933.

Batterie de marche - 4e REI - 4eme REI - Maroc - Legion Etrangere - 1934
La Batterie de marche du 4e REI sur les camions de la CAT, 1934.
Legionnaire - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Agadir - Maroc - 1935
Le légionnaire d’origine polonaise du 4e REI à Agadir, en 1935. La tenue en toile blanche était portée au Maroc pendant les cérémonies, dans les années 1930. Collection de Krzysztof Schramm.
3e Compagnie - Camerone - Fanion - Insigne - 4e REI - 4eme REI - Maroc - Legion Etrangere - 1937
Le fanion de la 3ème Compagnie du 4e REI en 1936-40. La compagnie a été designée en 1936 comme héritière directe de la 3e Cie du Régiment Etranger au Mexique, la compagnie du célèbre combat de Camerone d’avril 1863. En 1937, l’insigne de la compagnie a été créé par le capitaine Marsol, alors son commandant. L’insigne, qui conserve la forme de l’insigne du 4e REI, est repris par le GALE en 1950 puis par le 1er RE, en 1955.
4e REI - 4eme REI - Maroc - Legion Etrangere - Foyer - 1938
Légionnaires du 4e REI à Marrakech pendant la construction de leur futur foyer, 1938.
4e REI - 4eme REI - Maroc - Legion Etrangere - Camerone - 1938
Fête de Camerone à Marrakech, le 30 avril 1938. Les légionnaires du 4e REI sont vêtus comme des légionnaires romains.
Legionnaire - 4e REI - 4 REI - 4eme REI - Maroc - Legion Etrangere - Bar - 1938
Un légionnaire bruxellois du 4e REI dans un bar, 1938. Notez l’insigne et l’écusson de collet portant le chiffre « 4 » et deux chevrons verts (l’attribut de la Légion étrangère jusqu’en juillet 1942 ; il y en a trois depuis).
Legionnaire - Ancien - 4e REI - 4 REI - 4eme REI - Maroc - Legion Etrangere - 1938
Un ancien légionnaire du 4e REI, avec 31 ans dans la Légion en 1938. C’est un véritable « vieux de la Vieille » …
Brevet de fusilier d'elite - 4e REI - 4eme REI - Maroc - Legion Etrangere - CMA - 1938
Brevet de fusilier d’élite de 1938 pour un légionnaire de la CMA du 4e REI, tireur du MAC 24/29. Collection de Krzysztof Schramm.
Foum El Hassan - 4e REI - 4eme REI - Maroc - Legion Etrangere - Cie Montée Automobile - 1939
Le camp de la CMA (Cie Montée Auto) du 4e REI à Foum El Hassan, 1939. Notez l’insigne de la compagnie sur la voûte de la porte.
Citation - 4e DBLEM - 4eme DBLEM - Legion Etrangere - Maroc - 1948
Citation à l’ordre de la Division pour un sous-officier de la 4e DBLEM, délivré en 1948 par le Colonel Laparra, alors le chef de corps.
Certificat de bonne conduite - Lieutenant-colonel Raberin - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - 1950
Certificat de bonne conduite pour un sous-officier du 4e REI, délivré en septembre 1950 par le Lieutenant-colonel Raberin, alors commandant provisoire du régiment et futur chef de corps des 5e et 3e REI. Collection de Krzysztof Schramm.
Jules Gaucher - 1er Bataillon - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - 1951
Le Lieutenant-colonel Jules Gaucher au Maroc en 1951, alors à la tête du I/4e REI déjà formant corps. Il commandait la même unité en 1947-49.
Instruction - 1er Bataillon - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - Meknes - 1952
Les jeunes légionnaires de la compagnie d’instruction du I/4e REI, 1952. Collection de Krzysztof Schramm.
Instruction - 1er Bataillon - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - Meknes - 1952
Compagnie d’instruction du I/4e REI, 1952. Collection de Krzysztof Schramm.
Carte de Noël - 1er Bataillon - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - années 1950
Carte de Noël du I/4e REI, début des années 1950. Collection de Krzysztof Schramm.
Instruction - 4e Bataillon - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - 1953
Les jeunes légionnaires du IV/4e REI pendant leur instruction dans la région de Fès, 1953.
Instruction - 4eme Bataillon - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - Fès - 1953
Compagnie d’instruction du IV/4e REI à Fès, 1953.
Skieurs - 4eme Bataillon - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - 1954
Le Capitaine Lagrange avec quelques éléments de son groupe de skieurs du IV/4e REI pendant une opération militaire dans la région de Fès, en 1954.
Caserne Fontanel - 4e Bataillon - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - 1954
Caserne Fontanel du IV/4e REI à Fès, 1954. Notez l’insigne du bataillon créé encore à Madagascar en 1949.
Camp Prince Aage de Danemark - M3 Half Track - 2eme Compagnie Portée - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - 1955
Camp Prince Aage de Danemark de la 2e Compagnie Portée du 4e REI à Ksar Es Souk, 1955 ; les légionnaires y posent avec l’un de leurs M3 Half Track. En même façon que la Caserne Fontanel, même ce camp était un ancien fief du 3e REI d’avant-guerre et donc ils portaient les noms des officiers du 3e REI morts au Maroc.
Certificat-specialite - 4e REI - 4eme REI - Maroc - Legion Etrangere - 1955-1956
Certificat de spécialité pour un légionnaire du 4e REI, signé par le Colonel Borreill. Collection de Krzysztof Schramm.
Khénifra - 1re Compagnie Portée - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Maroc - 1956
La 1re Compagnie Portée du 4e REI à Khénifra en 1956, prêt pour une opération.
Bir el-Ater - 3e Compagnie Portée - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algérie - 1957
La 3e Compagnie Portée du 4e REI à Bir el-Ater en Algérie en 1957. Notez la tenue d’été avec le seroual (pantalon) saharien, porté en Algérie au sein de la Légion que par les compagnies sahariennes et le 4e REI.
Dodge - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Sahara - Algérie - 1958
Un Dodge 6×6 (le six-six) du 4e REI dans les dunes de l’Algérie, 1958.
Drapeaux - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algérie - 1958
Changement du drapeau du 4e REI en 1958.
Adjudant-chef - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algérie - 1958
Un vieil Adjudant-chef du 4e REI, ancien légionnaire d’avant-guerre, avec sa caisse, 1958. Collection de Krzysztof Schramm.
CBA Wattiez - Fanion d EMT 1 - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algérie - 1958
Commandant Wattiez avec le fanion de son l’EMT 1 (l’Etat-major tactique) du 4e REI, 1958. Les EMT portés ont remplacés les anciens bataillons.
6e Compagnie Portee - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algérie - 1958
Colonel Lemeunier décore les hommes de la 6e CP du 4e REI à Négrine, 1958. Notez les larges serouals sahariens de la tenue d’hiver.
Dodge 6x6 - 6eme Compagnie Portee - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algerie - 1959
Dodge 6×6 de la 6e CP du 4e REI dans le secteur de Négrine, 1959. Photo publiée avec l’aimable autorisation de Frans, l’admin de NLLegioen, une site magnifique sur les légionnaires néerlandais.
Sergents - Sergent Scheer - 6eme Compagnie Portee - 4e REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algerie - 1959
Les sergents de la 6e Cie Portée, 1959. Second de droite, le sergent Karl Scheer, un légionnaire allemand servant en 1954-59. Collection de Frans.
Deminage - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algérie - 1960
Légionnaires du 4e REI avec un démineur au Djebel Edough dans la région de Bône, 1960.
Guerrier - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algérie - 1961
Un guerrier du 4e REI, 1961 ; il est équipé avec le MAT 49.
Citation - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algérie - 1961
Citation pour un caporal du 4e REI, délivré en octobre 1961 par le Lieutenant-colonel Michel Vadot, alors commandant du régiment. Collection de Krzysztof Schramm.
Fort Lallemand - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algérie - 1962
Le Fort Lallemand de la Compagnie de base (CB) du 4e REI en 1962. L’un des six anciens forts d’arrêt du Sahara, il est construit en 1894 au sud d’Ouargla.
Colonel Brulé - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algérie - 1963
Le Colonel Jacques Brulé, le dernier chef de corps du 4e REI, 1963. Lui aussi, il a servi à la 4e DBLE au Sénégal en 1941-43.
Certificat-VELITE - 4e REI - 4eme REI - Algérie - Legion Etrangere - 1964
Certificat de VELITE pour un sous-officier du 4e REI, délivré deux semaines avant la dissolution du régiment. L’ordre VELITE, abandonné au Sénégal en mars 1943, est recréé en Algérie en mars 1963 par le Colonel Brulé. Le nouvel insigne rappelle l’insigne régimentaire, sauf qu’il est doré et les couleurs vert et rouge sont renversées. L’ordre VELITE, abandonné encore une fois en avril 1964, sera rétabli à Castelnaudary en novembre 1994. Collection de Krzysztof Schramm.
Musique - Bou Sfer - 4e REI - 4eme REI - Algérie - Legion Etrangere - 1964
La musique du 4e REI dissous fut rattachée au 2e REP, alors basé à Bou Sfer. Ici, l’arrivée de la musique au 2e REP, le 8 mai 1964. La musique disparaîtra en Corse dans les années 1990.
Drapeau - 4eme REI - 4 REI - Legion Etrangere - Algérie - 1964
Le drapeau du 4e REI à Reggan en 1964.

 
 

4e REI: Les Chefs de corps

  PERIODE CHEF DE CORPS
4e RE 1920-1922 Lcl MAUREL Lucien
4e REI 1922-1926 Col MAUREL Lucien
4e REI 1926-1927 Lcl POURAILLY Olympe
4e REI 1927 Col POUPILLIER Edmond
4e REI 1927-1928 Lcl POURAILLY Olympe
4e REI 1928-1933 Col MATHIEU Joseph
4e REI 1933-1934 Col CONTE Etienne
4e REI 1935 Col GELY
4e REI 1935-1936 Col CONTE Etienne
4e REI 1936-1940 Col LORILLARD Paul
4e REI 1940 Lcl GENTIS Auguste
4e DBLE 1941-1943 Col GENTIS Auguste
1er REIM 1943 Col GENTIS Auguste
4e REI 1946 Lcl LAPARRA Félix
4e DBLE 1946-1948 Lcl LAPARRA Félix
4e DBLE 1948 Lcl BABLON Gabriel
4e REI 1948-1950 Lcl BABLON Gabriel
4e REI 1950-1951 Lcl RABERIN Jean
4e REI 1951 Lcl SOURD
4e REI 1955-1957 Col BORREILL Gustave
4e REI 1957-1959 Col LEMEUNIER Maurice
4e REI 1959-1961 Lcl GEORGEON Etienne
4e REI 1961-1962 Lcl VADOT Michel
4e REI 1962-1964 Lcl BRULE Jacques

 
 

———
 

Mes remerciements à Krzysztof Schramm pour partager ses photos et documents inédits avec nos lecteurs.

 
———
 

Principales sources d’informations:
Képi blanc revues
Légion Etrangère revues
Bulletins annuels de la Légion Etrangère (les années 1950, 1960)
P. Cart-Tanneur + Tibor Szecsko: Le 4ème Etranger (Editions B.I.P., 1987)
J. Brunon, G.-R. Manue, P. Carles: Le Livre d’Or de la Légion Etrangère (Charles-Lavauzelle, 1976)
de Collectif: Historique des unités de la Légion étrangère pendant la guerre 1914-1918 (Maroc et Orient) (D. Heintz & Fils, 1922)
Alain Gandy: La Légion en Algérie (Presses de la Cité, 1992)
Martin Windrow: Our Friends Beneath the Sands: The Foreign Legion in France’s Colonial Conquests
(Weidenfeld & Nicolson, 2011)
Pierre Dufour: Génie-Légion (Lavauzelle, 2000)
Diego Falcone: Ma vie racontée… (An Italian in the Foreign Legion 1946-58; Paris, 2011)
Memorial Gen Web
Fanion Vert et Rouge
Wikipedia.org

 

 

L’article original : 4th Foreign Infantry Regiment

 

 

Legion Etrangere Info boutique - bannière

Les dessins originaux inspirés par la Légion.
Découvrez-les dans notre boutique.

 

 

Les autres articles en français:
Deuxième Légion Etrangère – Légion Suisse
Compagnies Montées de la Légion étrangère
Légion étrangère en Orient : 1915-1919
La Légion à Madagascar en 1947-1951
La Tragédie de Forthassa de 1908
Prise d’otages de Loyada en 1976
Accident du Mont Garbi de 1982
Compagnie Parachutiste du 3e REI
3e BMLE: 3e Bataillon de Marche de la Légion Etrangère
Pelotons de Réparation de Légion Etrangère
Dépôt Commun des Régiments Etrangers
2e Régiment Étranger de Cavalerie
3e Régiment Étranger de Parachutistes
6e Régiment Étranger d’Infanterie
11e Régiment Étranger d’Infanterie
12e Régiment Étranger d’Infanterie

 

 

La page a été mise à jour le : 23 décembre 2020

 

↑ Haut de la page