AAALE de Pologne : Décès du légionnaire de 1ère classe Zygmunt Jatczak

Le président et les membres de l’Amicale en Pologne ont le regret d’annoncer le décès du légionnaire Zygmunt Jatczak survenu le 9 février 2021, dans sa 97ème année. La cérémonie d’obsèques s’est déroulée le samedi 13 février 2021 à Olsztynek, en Pologne. L’Amicale et les soldats de l’Armée polonaise étaient présentes avec leurs drapeaux.

Né en Pologne en 1924, Zygmunt Jatczak a passé quelque temps pendant la Seconde Guerre mondiale dans un camp de concentration en Pologne occupée par les Allemands avant de participer à l’insurrection de Varsovie en 1944 en tant que membre de l’Armia Krajowa (Armée de l’Intérieur, un mouvement de résistance). En 1947, le jeune Zygmunt quitte la Pologne et s’engage dans la Légion étrangère. Après l’entraînement en Afrique du Nord, il est envoyé en Indochine pour combattre dans les rangs de la 13ème Demi-brigade de la Légion étrangère (13e DBLE) en 1948-1951. Libéré honorablement de la Légion en 1952, après les cinq années de service, il s’installe en France où il vivra et travaillera jusqu’au milieu des années 1960.

Il était titulaire de la croix de chevalier de la Légion d’honneur, de la médaille militaire, de la croix du combattant, de la croix de guerre avec étoile de bronze, de la médaille coloniale « Extrême Orient », de la médaille des blessés, de la médaille commémorative de la campagne d’Indochine, de la croix du combattant volontaire « Indochine », de la médaille de la reconnaissance de la Nation-Indochine.

Le samedi 13 février 2021, une journée d’hiver froide et venteuse, la cérémonie pour lui rendre un dernier hommage a eu lieu à Olsztynek. Aux côtés de la famille et des membres de l’A.A.A.L.E.P., il y a également les soldats de la Force de défense territoriale (WOT) et les commandos du JWK, l’unité des forces spéciales polonaises qui effectue plusieurs missions aux côtés des SEAL de la marine américaine. Cette unité fait référence à l’héritage de l’armée intérieure polonaise à laquelle appartenait Zygmunt Jatczak. Le clairon de l’A.A.A.L.E.P. joue la marche de la Légion étrangère, Le Boudin. Ensuite, les anciens chantent le chant d’adieu de la Légion, J’avais un camarade, ainsi que Sous le soleil brûlant d’Afrique, le chant du régiment de la 13e Demi-brigade dans laquelle Zygmunt Jatczak a servi en Indochine.

En juillet 2020, la deuxième édition de son livre, Niczego nie żałuję (Je ne regrette rien), est publiée avec l’aide de Krzysztof Schramm, l’historien de l’Amicale polonaise.

Le texte suivant a été fourni par l’Amicale en Pologne :

Zygmunt Jatczak est une légende vivante de la Résistance polonaise, de l’insurection de Varsovie en aôut 1944 , soldat du bataillon « Miotła » et de la Légion en Indochine au sein de la 13ème D.B.L.E. .

Décoré de La croix du Mérite de guerre obtenue pour sa participation à l’insurrection de Varsovie, il était titulaire de la Légion d’honneur et de la Médaille Militaire, reconnaissances qui sanctionnent les combats déroulés en Indochine au sein de la Légion étrangère.

Né en 1924 à Varsovie, son éducation a été interrompue par la Seconde Guerre mondiale. Il a grandi entouré de sa mère et de ses sœurs, son père était mort avant la guerre. Zygmunt a été témoin de la tragédie de Septembre 1939 où des bombardements aériens et une occupation nazi, provoqua l’élimination physique de plus de 40 000 civils dans une capitale Varsovie assiégée.

En Janvier 1943, il a été arrêté dans une rafle, puis envoyé au camp de concentration de Majdanek près de Lublin. Pendant plusieurs semaines dans ce camp, il a été témoin de l’extermination des détenus Juifs. Grâce aux efforts de sa mère presque miraculeusement libérée du camp il est retourné à Varsovie, sa ville natale. En mars 1943, il rejoint la Résistance polonaise et prend le pseudonyme de « Ryszard » et se retrouve affecté au groupe du lieutenant Tadeusz Janicki surnommé « Czarny », groupe de diversion de Cadres qui était une partie du Commandement Principal de la Résistance polonaise « Anatol » dans laquelle il a servi jusqu’en 1944, jusqu’au moment où ce groupe s’est intégré au Bataillon « Miotła ».

Le 1 août 1944 , comme des milliers d’autres soldats de la Résistance polonaise, Zygmunt Jatczak a pris part à l’Insurrection. Il avait 20 ans. Dans ses mémoires, il décrit de façon frappante le drame de ces jours insurgés, les moments nobles, héroïques et aussi ceux beaucoup plus tristes et tragiques.

Pendant l’Insurection de Varsovie il luttait dans le Bataillon « Miotła » et rejoint le Bataillon « Czata49 » servant au peloton Kazimierz Jackowski « Torpeda ». Combattant dans le centre de la Vieille Ville, Czerniaków, il utilise judicieusement l’évacuation par les égouts et participé à de nombreuses luttes dramatiques pendant lesquels il a été blessé. Frolant la mort et subissant celles de plusieurs de ses camarades de combat, pendant un certain temps il était affecté à la garde personnelle du colonel Jan Mazurkiewicz « Radosław », commandant le groupement. Après la capitulation des troupes insurgées, comme beaucoup de ses collègues, il a été envoyé dans un camp de prisonniers de guerre.

Il fait alors connaissance de la captivité en Allemagne dans les camps de Sandbostel et Westertimke jusqu’à la libération par les troupes britanniques fin de Avril 1945.

Après sa libération, il a rejoint les troupes auxiliaires polonaises jusqu’en 1947 et décide de rejoindre la Légion étrangère.

Zygmunt Jatczak a rejoint la Légion le 17 juin 1947 à Strasbourg.

Affecté dans un premier temps à Sidi Bel Abbes, il est rapidement affecté dans une formation saharienne à Saida pour une durée de deux mois. Il expliquait dans son livre : « Ce Sahara ! des marches sans fin, encore des marches et encore des marches ! Le Légionnaire doit être résistant, c’est une ancienne vérité à la Légion : « Marche, ou crève ! ». Les souvenirs de ses cinq années de service dans la Légion étrangère sont pleins d’informations incroyables. Zygmunt Jatczak parle chaleureusement de la vie des légionnaires, des opérations, des batailles, et de nombreux détails très intéressants.

Après une courte formation dans un camp d’entraînement situé dans une région forestière inexploitée imitant le paysage indochinois, le légionnaire Jatczak est parti pour l’Indochine où il a rejoint la 3ème Compagnie de 1er Bataillon de colonel Rossi à la 13ème DBLE. La compagnie a stationné dans le village de CaMau en Cochinchine. Pendant son séjour en Indochine il a connu six commandants de compagnie : le lieutenant Laffont, soldat calme et flegmatique qui a ensuite été blessé et paralysé à la suite de ses blessures à An Non Thai. le lieutenant René Imbot, qui a fait une brillante carrière de général plus tard. Le lieutenant Adam, et enfin le capitaine Gilnaves, grand officier à ses yeux qui est décédé à Hoa Binh.

Dans son livre, les récits des opérations contre le Viet Minh, les combats, les prisonniers, sont des souvenirs très précis au point de transporter le lecteur au cœur même de ces rizières indochinoises. En particuliers les actions dans la zone de Ca Mau et plus tard à Cu Chi sont des histoires vraies, vécues, qui expliquent l’atmosphère d’une guerre cruelle. A la fin de son service en Indochine, Zygmunt Jatczak a été blessé et se trouva incapable de participer à de nouvelles opérations. En 1952 il arrive au terme de son contrat de cinq ans, revenu en France, il y travaille jusqu’aux années 60.

Parlant de ses moments passés au sein de la Légion étrangère, il disait :

« j’ai eu beaucoup de chance, recueilli beaucoup d’expérience, j’ai échappé plusieurs fois à la mort et comme on dit à la Légion : « Non, rien de rien, non, je ne regrette rien ! ».

M. Zygmunt est revenu de là où il était parti, en Pologne, il vivait dans le Nord du pays et gardait le contact avec ses camarades de l’Amicale des Anciens de la Légion Etrangère de Pologne dont il est membre d’honneur.

Qu’il repose dans la paix des braves !

 

Légion étrangère - Décès du légionnaire de 1ère classe Zygmunt Jatczak - 2021
Zygmunt Jatczak en Indochine, 1951.
Légion étrangère - Zygmunt Jatczak - Citation
Citation pour Zygmunt Jatczak, 1951.
Légion étrangère - Zygmunt Jatczak - Certificat de bonne conduite
Certificat de bonne conduite, 1952.
Zygmunt Jatczak - Patent
Certificat confirmant sa qualité de membre du mouvement de résistance en Pologne sous l’occupation allemande.
Zygmunt Jatczak - Colonel Delawarde - Legion d'Honneur
Zygmunt Jatczak est fait le chevalier de la Légion d’honneur, 2017.
Zygmunt Jatczak - Krzysztof Schramm
Zygmunt Jatczak avec Krzysztof Schramm, l’historien de l’A.A.A.L.E.P. et co-auteur de son livre.
Légion étrangère - Zygmunt Jatczak
Zygmunt Jatczak trois semaines avant son décès, à la mi-janvier 2021.
Zygmunt Jatczak - Funeral - JWK
Obsèques de Zygmunt Jatczak à Olsztynek, 13 février 2021. Avec des décorations, les commandos des forces spéciales polonaises (JWK).
Légion étrangère - Zygmunt Jatczak - Obsèques
Obsèques de Zygmunt Jatczak.

Légion étrangère - Zygmunt Jatczak - Obsèques

Légion étrangère - Décès du légionnaire de 1ère classe Zygmunt Jatczak - 2021

 

 

↑ Haut de la page